Cdm98 Croatie 3-1 Jamaïque: Mother Suker !

SUKER

« Toute la planète se demande à quoi ça rime,
11 Jamaïcains face la Croatie, l’Argentine
Il y a le gros Barett et le petit Burton
Au pays des Rastas ce sont les footballeurs
Au Mondial français vaincra pas Jamaïca »

L’Histoire est une catin. Une vraie de vraie. Au-delà des dizaines de milliers de morts provoqué par le génocide dans les Balkans (ndlr: la guerre, c’est pas beau), le conflit fratricide qui a abouti à l’éclatement de la Yougoslavie restera à jamais le plus grand gâchis de l’Histoire du football. Asanovic, Prosinecki, Suker, Stanic, Jarni, Soldo, Vlaovic, Boban pour ne citer que les plus connus: le public du Stade Bollaert a vu une myriade de génies du ballon rond, façonnés par l’école yougo. Alors fermez les yeux un bref instant et imaginez que l’on ajoute à cette équipe croate Savicevic et Stojkovic… Vous bavez? C’est normal.

Malgré les vicissit… les viciciss, les vississitu… malgré les aléas de l’Histoire (cette catin, pour ceux qui auraient déjà oublié), la Croatie arrive, en dépit de son statut de puceau dans la compétition, avec de solides arguments et l’objectif n’est rien de moins qu’une place en demi-finale au minimum. Au terme de ce premier match, une mise en route face aux modestes Jamaïcains (ndlr: si vous êtes condescendants, rayez « modestes » et remplacez par « sympathiques »), les joueurs au damier ont déjà fait un grand pas vers la qualification, d’autant plus qu’ils seront les favoris face au Japon, le 20 juin prochain.

Pourtant, le succès croate n’est pas aussi linéaire que ce que le score (3-1) peut laisser paraître. Car si les Croates ont dominé la partie, ils ont connu quelques sueurs froides quand, juste avant la pause, Earle est parvenu à tromper la vigilance de Ladic (45e). Emmené par l’inévitable Davor Suker, les hommes de Blazevic ont attendu la 27e minute et un corner remarquablement joué pour que Stanic, opportuniste à cinq mètres des cages, ouvre le score. Un oubli que la défense des Reggae Boys ressasseront sans doute longtemps car, quelques secondes plus tôt, Lowe avait vu sa tête piquée sortie in extremis par un saut de kangourou de Jarni, bien placé au second poteau.

Dominateur dans le jeu, se procurant les meilleures occasions (Soldo sur la barre à la 33e, Suker sur Barrett à la 37e), les Croates sont rentrés au vestiaire sur un score de parité et aurait pu sombrer dans un « syndrome Coupe de France » avec le « petit », soutenu par les trois-quart du stade, qui sent qu’il peut renverser la montagne. Mais la Croatie, en dépit de sa jeunesse sur le plan diplomatique, a de l’expérience au niveau footballistique, quatre d’entre eux (Jarni, Boban, Pronisecki et Suker) ont été sacrés champions du monde des moins de 20 ans en 1987 et ont l’expérience des grands rendez-vous. Dès la 49e, Asamovic claque une frappe lointaine qui lèche le montant de droit de Barrett. Et il ne faut pas attendre plus de trois minutes pour que les Croates repassent devant.

La compétition a commencé depuis moins d’une semaine mais ne cherchez plus le plus beau but de ce Mondial: il est signé Robert Prosinecki. 53e minute: l’arbitre siffle un coup franc proche de la surface de réparation, excentré sur le côté gauche de l’attaque. Et qui dit « mini-corner » dit ballon fort dans la boîte. Sauf que le génial blond se joue du mur jamaïcain grâce à un amour de râteau du droit et trouve, du pied gauche, le petit filet opposé de Barrett qui ne peut rien face à tant de classe et de magie.

Pour autant, menés une deuxième fois, les Reggae Boys n’abdiquent pas et il s’en faut d’un rien pour que Dean Burton, le joueur de Derby County, ne trouve les filets de Ladic, quelques secondes après le deuxième but croate. Absolument seul, le natif de Reading en Angleterre ne convertit pas l’offrande: c’est plié. Les Jamaïcains ont laissé passer leur chance. Un quart d’heure plus tard, au terme d’un mouvement collectif lumineux, Davor Suker troue les filets du malheureux Barrett, surpris par la trajectoire déviée du ballon. Et il s’en est fallu de peu (en fait les coucougnettes de Barrett) pour que Boban n’en plante un quatrième dans la foulée.

Les joueurs au damier sont entrés de plain-pied dans ce Mondial 98 et ont d’ores et déjà montré de quel bois ils étaient fait. C’est sûr, les Croates sont prêts: Zagreb les yeux !

François Miguel Boudet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s