Cdm 98 Yougoslavie 1-0 Iran : « -vic de merde » se disent les Iraniens

Youg Iran

Ce Yougoslavie-Iran aurait pu connaître le même sort que le Pays-Bas-Belgique de la veille. Mais Sinisa Mihajlovic, surtout son pied gauche, en a décidé autrement. Un maître de coup-franc tiré à droite d’un gardien iranien en cause sur ce but. Avant cette fatidique 72ème minute pour l’Iran, le match avait été fermé, voire mou. Le jeu, lui, été haché. La conséquence d’un trop grand nombre de fautes des deux côtés. C’est donc comme un symbole que le match bascula sur un coup-franc. La Yougoslavie l’emporte par la plus petite des marches et nous sommes tentés de dire que c’est mérité. Même si les Yougoslaves n’ont pas outrageusement dominé, ils ont tout de même eu la possession de balle et se sont procurés le plus d’occasions. Rien d’exceptionnel pour autant. Effectivement, beaucoup plus de personnes sont mortes d’ennuis en suivant ce match que dans la guerre du Golfe et la guerre de Yougoslavie réunies. Slobodan Milosevic est jaloux. L’ayatollah Khomeini aussi.

Les Yougoslaves :

La défense des Bleus n’a pas littéralement souffert. Etant même assez tranquille, les défenseurs centraux comme Djorovic n’ont pas hésité à monter pour mettre la tête. Pour ce qui est de Mihajlovic, on connaît comment cela s’est terminé. Mais si ce sont les défenseurs qui ont été les plus dangereux, c’est parce que les attaquants sont restés muets. Mijatovic et Milosevic ne se sont jamais montré dangereux, ou alors trop rarement. Milosevic se procura en tout et pour tout qu’une demie occasion dès la cinquième minute. Trop peu pour une équipe voulant bien figurée en Coupe du Monde. Au milieu, ce ne fut pas plus flamboyant. Stojkovic, le capitaine, fut même porté disparu, lui l’habituel dépositaire du jeu yougoslave. Du coup, le milieu le plus en vue se nommait Jugovic, très actif à la récupération et jamais le dernier pour mettre quelques coups en douce. Pour le reste des milieux, c’est à dire Jokanovic ou encore Brnovic : le néant complet. Seul le jeune Stankovic, qui va vraisemblablement signer à la Lazio de Rome a apporté un petit peu de fraîcheur. En ce qui concerne les latéraux, Zeljko Petrovic remporte haut la main la palme du meilleur joueur yougoslave de la rencontre. Le joueur du PSV Eindhoven s’est montré à son avantage sur son côté gauche, touchant beaucoup de ballons et montant aux avants-postes assez souvent. Ivica Krajl, le gardien géant, n’eut rien d’intéressant à se mettre sous la dent.

Les Iraniens :

On dit « le meilleur pour la fin » alors pourquoi pas « le pire pour le début »? En effet, Nakisa, le gardien iranien est à blâmer. Pas rassurant pour un sou, ou pour rial, comme vous voulez, le portier de Persepolis est fautif sur le but adverse. Son mur, et pire son placement hasardeux a laissé le champ libre à Mihajlovic qui n’en demandait pas tant. Sa défense, elle, a fait du mieux qu’elle pouvait. Mention spéciale pour Khakpour qui parait avoir 55 ans mais qui, sur le terrain, se donne à fond et ne lâche rien. La défense centrale a bien muselé Mijatovic et Milosevic qui n’ont pas vu le jour. Attaquants yougoslaves ou la petite Marion (disparue depuis deux ans) = même combat. Au milieu, si Minavand a eu l’occasion de marquer en seconde période, c’est bien Mehdi Madhavikia qui a été le plus dangereux. Ses courses dans le dos des défenseurs adversaires, sa vitesse et sa vivacité ont représenté le principal des actions iraniennes. Mais ces actions persanes n’auraient rien valu sans Azizi. Car la vraie surprise du match était bien Khodadad Azizi, le joueur du FC Cologne. Déjà décisif dans la qualification de son pays à la Coupe du Monde le milieu a fait parler sa technique hors pair. Jokanovic se souviendra toute sa vie du petit pont infligé par Azizi. Les autres Yougoslaves se souviendront eux aussi d’un joueur facile, rapide et vif. Les attaques sont toutes passées par ses pieds et un but ou une passe décisives auraient été une juste récompense pour lui. Les stars de l’Iran, Estili et Daei ne se sont montré que par intermittence. Dommage pour des Iraniens qui tenteront de mieux faire contre les Etats-Unis dans un match qui s’annonce historique sportivement et géopolitiquement parlant. On a déjà tous hâte.

Feuille de match :

Yougoslavie : I. Krajl – Z. Mirkovic, G. Djorovic, S. Mihajlovic, Z. Petrovic – S. Jokanovic, B. Brnovic (puis D. Stankovic 50′), V. Jugovic, D. Stojkovic (puis D. Kovacevic 68′)- P. Mijatovic, S. Milosevic (puis P. Ognjenovic 58′).

Iran : N. Nakisa – M. Khakpour, N. Mohammadkhani, M. Pashazadeh, K. Bagheri – J. Zarincheh, M. Minavand, M. Madhavikia, H. Estili (puis A. Mansourian 69′)- A. Daei, K. Azizi

But : Sinisa Mihajlovic 72ème

Cartons : Zeljko Petrovic 52′, Dragan Stojkovic 60′

Arbitre : Alberto Tejada Noriega (Pérou) assisté de Owen Powell (Jamaique) et de Jacek Pociegiel (Pologne)

30 392 spectateurs

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s