Cdm 98 Nigéria 1-0 Bulgarie : NigérYeaaaah !

Nigeria Bulgarie

Deux matchs, deux victoires, du beau jeu, et la première place du groupe D. Alors que sur la scène africaine, les Nigérians stagnent (boycott de la CAN en 96, suspension en 98) suite à sa victoire de la CAN 94, le Nigéria poursuit sa progression dans le paysage footballistique mondial après son huitième de finale  lors de la Coupe du Monde 1994. Ce match contre la Bulgarie n’a pas été aussi intense et impressionnant que celui contre l’Espagne mais l’important est bien ailleurs, la victoire est au bout. Tout cela grâce à un collectif bien huilé, à des individualités coriaces, véloces et techniques. La première mi-temps a été un condensé de toutes ces forces réunies. La Bulgarie, bien trop timide et trop maladroite comme l’ont montré les frappes lointaines finissant toujours au dessus de la cage de Rufai, a souffert. Laissant trop de place à Finidi ou à Ikpeba, les Bulgares finiront par payer ce certain laxisme. A la 27ème minute, Victor Ikpeba, l’attaquant de Monaco fixait la défense et plus particulièrement Ivanov et Zdravkov pour une ouverture du score plus que méritée au vu du nombre d’occasions. S’ensuivront plusieurs occasions nigériannes notamment par Ikpeba mais le cadre se dérobait à chaque fois. À ce moment-là, rien ne pouvait arriver aux verts : des attaquants en forme, un milieu créatif et des défenseurs attentifs empêchaient les joueurs adverses de déployer un jeu convenable.

La deuxième mi-temps sera pourtant synonyme de changement. Un changement minime toutefois. La preuve, la meilleure occasion de cette deuxième période fut une frappe de Kostadinov coupait par Stoichkov. Malheureux, les Bulgares virent le ballon frôler le poteau d’un Rufai qui était battu. On jouait alors la 65ème minute. Auparavant, le Nigéria avait aussi su se montrer dangereux par l’intermédiaire d’Amokachi, le remuant joueur de Besiktas. Par la suite, les Nigérians laissèrent la possession de balle aux Bulgares, agissant ainsi rien qu’en contre. Mais aucune des deux tactiques ne fonctionnèrent. La Bulgarie n’inquiéta jamais vraiment Rufai et le Nigéria laissa venir, sans crainte. Leur contre ne furent pas non plus couronnés de succès malgré les joueurs rapides et techniques. Au final, la victoire du Nigéria fut des plus méritées et la Bulgarie pouvait se mordre les doigts de ne pas avoir pris plus ses responsabilités.

Nigéria :

Les prestations de tous les joueurs furent bonnes, voire très bonnes. Commençons par le gardien Peter Rufai qui fut plus spectateur qu’acteur tant les Bulgares se sont montrés peu dangereux. Pour les défenseurs, ce fut un peu la même chose. Mais leur agressivité – dans le bon sens du terme – a empêché les joueurs adverses de s’approcher trop près de leur cage. Résultat, les Bulgares ont du se contenter de frappes lointaines, des frappes qui ont terminé leur course à Saint-Ouen. Mention spéciale pour le capitaine Uche qui a montré à tout le monde que le patron c’était bien lui.

Un peu plus haut sur le terrain et un peu plus concernés par le match : les milieux. On en retiendra surtout un : Jay-Jay Okocha. On le connaissait grand dribbleur, et bien il l’a été en cette fin d’après-midi. Crochets ou autres coups du sombrero, le Nigérian a sorti toute la panoplie pour faire souffrir un maximum les Bulgares. Malheureusement pour lui et son pays, Okocha n’est pas décisif. Les ailiers Lawal et Finidi ont, eux, chacun eu leur mi-temps. un peu comme contre l’Espagne. Finidi se chargeait de fatiguer les Лъвовете (les Lions) en première alors que Lawal était plus actif en deuxième. Sunday Oliseh, lui, était quelque peu en retrait.

Sur le front de l’attaque, ce fut l’apogée. Une apogée footballistique. Victor Ikpeba a multiplié les appels dans le dos, martyrisant les Bulgares avec ses contrôles parfaits, ses dribbles déroutants et ses frappes faisant souvent mouche. Amokachi a, de son côté, plus porté le ballon, partant dans des dribbles et des accélérations balle aux pieds avant de tirer au but. Sans réussite aujourd’hui.

Bulgarie :

Zdravkov, que dire à part manque de sérénité et de confiance ? Pas grand chose malheureusement. Les défenseurs n’ont pas été beaucoup plus à la fête. Trifon Ivanov symbolisa cette déroute en se faisant avoir comme un bleu sur le but d’Ikpeba alors qu’il a tout de même 33 ans… Kishishev, Guintchev ou encore Yanov et Petkov ont trop souvent été pris de vitesse par les Nigérians.

Au milieu de terrain, Balakov et Stoichkov, les piliers, ont montré de belles choses dans la construction du jeu notamment, même si le second cité s’est vite découragé. Trop vite, on l’a vu les bras ballants, gueulant sur ses coéquipiers. Pour finir, Kostadinov n’a pas été le bourreau des Nigérians comme il l’a été des Français cinq ans avant. Pourtant à plusieurs reprises dans la même position que le 17 novembre 1993, Kostadinov n’a presque jamais trouvé le cadre. Tant mieux pour le Nigéria.

Feuille de match :

Parc des Princes, 48 000 spectateurs.

Arbitres: Mario Sanchez (Chili) assisté de Jorge Alberto Diaz (Chili) et de Arnaldo Pinto Filho (Brésil).

But : V. Ikpeba 27′

Nigéria : Rufai – Babayaro, West, Uche, Adepoju – Lawal, Oliseh, Okocha, Finidi (puis Babangida 85′) – Amokachi (puis N. Kanu 67′), Ikpeba (puis Yekini 75′).

Bulgarie : Zravdkov – Kishishev, Petkov, Ivanov, Guintchev – Balakov, Yankov (puis Bachev 85′), Hristov (puis Borimirov 46′), Kostadinov – Iliev (puis Penev 68′), Stoichkov.

Cartons : Uche, Adepoju, Okocha et Ikpeba pour le Nigéria; Iliev et Kishishev pour la Bulgarie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s