Cdm 98 Argentine 5-0 Jamaique : orgasmiques Ortega et Batistuta

Batistuta

Sur le papier, cet Argentine-Jamaique s’annonçait déséquilibré. Et finalement, il n’y eut pas de surprises. L’Argentine a écrasé des Jamaicains volontaires mais trop limités physiquement et tactiquement.

Cette domination albiceleste fut palpable dès les premières secondes du match. Dans les dix premières minutes, l’Argentine a confisqué le ballon. Pis, à la 8ème minute, la quasi totalité des joueurs argentins avait déjà tiré au but. On exagère à peine. Par exemple, Sensini, joueur défensif, a eu l’occasion d’ouvrir le score à la cinquième minute mais sa frappe fut trop écrasée. À ce moment-là, la domination argentine était totale, et quand les Jamaicains étaient en possession du ballon, ceux-ci ne parvenaient pas à sortir correctement de leur camp. L’ouverture du score était alors toute proche. Pourtant, aux alentours de la dixième minute, les Reggae Boyz commençaient à ressortir, à s’approcher du but de Roa. Mais sans succès. Pourtant, Hall ou encore Burton concédaient plusieurs fautes. Malheureusement pour eux, les coups de pieds arrêtés qui suivirent furent mal exploités ou mal tirés. La petite chance des Jamaicains semblaient passer. Mais de l’autre côté, les Argentins souffraient de petites imprécisions dans les passes en phases offensives qui les empêchaient de mener à bien des attaques dangereuses. Les occasions de Simeone ou de Claudio Lopez ne trouvèrent d’ailleurs pas la faille. Et il faudra attendre la 32ème minute pour voir le génie Ortega ouvrir le score d’une balle piquée. Bien servi par Véron à la suite d’une belle action fluide et bien menée, Ariel Ortega pouvait marquer son premier but dans cette compétition. Les espoirs des hommes de René Simoes étaient douchés. Pourtant, après le but, le match perdit en intensité et les Jamaicains en profitaient pour prendre le jeu à leur compte. Pendant quelques petites minutes seulement. Car cette fin de première période était totalement à l’avantage de l’Argentine. Cette impression vint se confirmer quand, juste avant la mi-temps, Powell se fit expulsé pour deux cartons jaunes suite à de grossières fautes. À 11 contre 10, la voie s’annonçait royale pour Batistuta et compagnie.

La deuxième période fut des plus simples à expliquer : des Jamaicains coinçaient dans leur camp, qui passent leur temps à défendre face à des Argentins en réussite et tout simplement au dessus. Le remplacement de Burton – l’attaquant de pointe – par Cargill, un milieu de terrain et le replacement de Hall dans l’axe de l’attaque n’y changera rien. Et il ne faudra attendre que dix minutes pour assister au deuxième but argentin, toujours l’oeuvre d’Ortega. Suite à un une-deux avec Claudio Lopez, le joueur de Valence doubla la mise d’un piqué du gauche cette fois-ci. Imparable. 2-0, la différence était faite, l’Argentine pouvait dérouler. Si Simeone vit son occasion repoussée par Goodison sur sa ligne, Gabriel Batistuta eut plus de réussite. Et surtout plus de talent. À la 72ème minute, Batigoal trouva les filets grâce à une frappe croisée du droit surpuissante qui ne laissait aucune chance à Barrett. 3-0. Les Argentins n’allaient pas s’arrêter en si bon chemin et huit minutes plus tard, Batistuta inscrivit un deuxième but. Toujours une frappe croisée qui atterrit dans le petit filet droit du gardien jamaicain. L’Argentine est désormais inarrêtable d’autant plus que la marquage jamaicain se voulait de plus en plus large. 80ème minute, Sinclair, joueur de Chelsea, fait tomber Ortega dans sa surface. Résultat : pénalty, triplé de Batistuta et 5-0.

La Jamaique dans tout cela ? Pas grand chose comme vous avez pu le remarquer si ce n’est une défense en souffrance et une seule petite occasion par l’intermédiaire de Gardner à la 68ème minute.

La victoire argentine est donc amplement méritée tant le niveau montré fut élevé. Ortega et Batistuta ont brillé et ils ont surtout permis à l’Argentine de se qualifier pour les huitièmes de finale avant même le match contre la Croatie.

Les Argentins :

La défense argentine a connu des matchs bien plus compliquées… Le gardien Roa n’a eu que très peu de travail alors que Ayala et Zanetti par exemple ont bien géré. Le seul joueur qui a semblé en difficulté se nomme Chamot. Le défenseur de la Lazio a commis plusieurs fautes évitables. Rien de bien grave cependant. Sensini, lui, n’a pas eu le temps de montrer grand chose, il est en effet sorti dès la 25ème minute après une blessure à la cuisse. Son remplaçant Vivas a fait quelques montées, sans plus. Almeyda et Simeone ont bien géré la récupération en étant assez discret avec cependant plus de velléités défensives pour le second. Pour ce qui est de Claudio Lopez, on peut dire qu’il n’était pas dans son meilleur jour. Même s’il a fait une passe décisive, il s’est montré trop effacé. Gardons enfin le meilleur pour la fin. Ariel Ortega et Gabriel Batistuta ont marqué ce match de leur empreinte. Le premier a brillé grâce à sa technique hors-pair, ses dribbles, ses accélérations et ses deux buts pleins de maîtrise et de sang froid. On a même cru pendant un moment que Maradona était sur le terrain. Pour finir, Batistuta a d’abord joué en pivot avant d’exploser en seconde période et de marquer un triplé tout en puissance et en précision.

Les Jamaicains :

Le tour des joueurs jamaicains va être bien plus rapides. En effet, ils ne furent que deux à sortir un peu du lot. Le premier est défenseur et s’appelle Ian Goodison. Il a traîné ses dreadlocks derrière, sauvant les siens à plusieurs reprises, et même quelques fois devant. L’autre est Paul Hall, rapide sur son côté droit en seconde période mais qui a malheureusement du passer en pointe en deuxième mi-temps suite au changement tactique de Simoes. Un repositionnement qui lui a nuit.

Feuille de match :

Parc des Princes, 48 712 spectateurs

Arbitre : Rune Pedersen (Norvège) assisté de Gennaro Mazzei (Italie) et de Mikael Nilsson (Suède)

Buts : A. Ortega 32′, 35′; G. Batistuta 73′, 80′, 83′ sp
Argentine : Roa – Ayala, Chamot, Sensini (puis Vivas 25′) – Zanetti, Almeyda, Simeone (puis Pineda 80′), Lopez (puis Gallardo 75′), Ortega, Veron – Batistuta.

Jamaique : Barrett – Sinclair, Goodison, Gardner, Simpson – Whitmore (puis Earle 73′), Malcolm (puis Boyd 62′), Dawes, Powell, Hall – Burton (puis Cargill 45′)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s