Cdm 98 France 2-1 Danemark : la France reçue 3 sur 3

France Danemark

Sous la chaleur lyonnaise, la France est venue à bout du Danemark 2 buts à 1. Une victoire synonyme de première place et de confiance totale pour la suite de la compétition.

Ce mercredi 24 juin 1998, tous les Français étaient devant leur écran de télévision Toshiba pour assister au troisième match de groupe. Pour cette rencontre, Aimée Jacquet avait fait du changement en vue des huitièmes de finale. Ainsi Thuram, Deschamps, Lizarazu et Blanc étaient sur le banc alors que Karembeu, Candela ou Trézéguet se retrouvaient propulsés en tant que titulaire. Un turn-over qui ne sembla pas déstabiliser les Français puisque leur début de match fut convaincant. Les Danois rendaient même la pareille et la rencontre pouvait ainsi partir à 100 à l’heure. Vieira répondait à la frappe de Nielsen par exemple. Les dix premières minutes furent vives mais elles furent surtout couronnées à la 13ème minute par un pénalty pour l’équipe de France. L’arbitre italien PierLuigi Collina siffla une faute peu évidente de Hogh sur David Trézéguet. Youri Djorkaeff se chargea de le transformer et d’ouvrir le score. Ni la tentative de déconcentration de Schmeichel sur le tireur ni le fait qu’il touche le ballon ne viendra empêcher le ballon de finir au fond des filets. 1-0 pour la France. Agréable à regarder, le match devint ensuite vite ennuyeux avec des joueurs français qui contrôlaient la balle tout en donnant l’impression de se contenter de ce score. Résultat : un jeu trop mou et pas énormément d’occasions. Il faut dire que Fabien Barthez et Peter Schmeichel ont bien fait leur boulot. Le premier a repoussé plusieurs tentatives trop molles de Brian Laudrup alors que le second pouvait s’estimer heureux de voir les reprises de Vieira et de Diomède passer tout près de sa cage. La mi-temps approchait tranquillement à grand pas lorsque Collina fit une nouvelle fois des siennes en sifflant un pénalty, pour le Danemark. On rembobine la cassette et on explique l’action. Sur une contre-attaque danoise, le ballon est repoussée par une tête française. A la retombée, Patrick Vieira semble bousculer légèrement Michael Laudrup. Coup-franc pour le Danemark. Michael Laudrup récupère le ballon dans les bras d’Emmanuel Petit et joue vite en direction de Jorgensen. Ce dernier est accroché par Vincent Candela et Collina, qui était en train de placer le mur français, siffle le deuxième pénalty de la rencontre. Là encore, c’est discutable. Michael Laudrup, qui n’en demandait pas tant, égalisait. Barthez était pris à contre-pied. 1-1. Et mi-temps.

Ce premier but encaissé par la France dans la compétition a piqué au vif les joueurs d’Aimée Jacquet. C’est donc tout naturellement que les Bleus égalisèrent en début de seconde période, par l’intermédiaire d’Emmanuel Petit. Au sortir d’un corner mal dégagé par les Danois, le joueur d’Arsenal trouva le chemin des filets grâce à une frappe tendue qui traversa une forêt de jambes. Schmeichel ne pouvait qu’effleurer le ballon du pied. 2-1 pour la France. Un score qui eut au moins le mérite de réveiller un peu plus les spectateurs quelques peu étouffés par la chaleur. Mais comme un symbole de la première mi-temps, le jeu retomba dans ses travers. Pis, il faudra attendre la 84ème minute pour assister à une occasion intéressante : la volée de Patrick Vieira fut boxée par Peter Schmeichel. La réponse danoise se fit attendre et n’intervint qu’à la toute dernière seconde du match. Fabien Barthez, attentif depuis le début de match pouvait claquer en deux temps un coup-franc de Tofting avant de le capter sur sa ligne. Score final 2-1. La France pouvait se mettre à rêver pour la suite de la compétition. Trois matchs, trois victoires, neuf buts marqués, un seul encaissé, un collectif bien huilé et des remplaçants qui répondent présents. Bref, tous les feux sont au vert mais attention aucun des trois matchs n’a été enthousiasmant. Il faudra élever le niveau pour espérer faire une bonne Coupe du Monde.

FRANCE :

F. Barthez 7/10 : Brian Laudrup, Michael Laudrup et Stig Tofting se sont cassés les dents sur le divin chauve. Du début à la fin, Barthez a été attentif et surtout décisif.

V. Candela 5.5/10 : le latéral droit s’est montré très offensif. C’est l’une de ses passes qui est à l’origine du pénalty de Trézéguet mais c’est aussi lui qui provoque le pénalty sur Jorgensen. Jorgensen lui a d’ailleurs posé pas mal de problèmes tout au long du match.

M. Desailly 6/10 : impeccable, comme depuis le début de la compétition.

F. Leboeuf 6/10 : son jeu de tête a soulagé la défense à plusieurs reprises.

C. Karembeu 5.5/10 : il est passé inaperçu la plupart du temps.

E. Petit 6.5/10 : on retiendra de son match son but qui permet à la France de l’emporter. Remplacé à la 65ème minute par Alain Boghossian.

R. Pirès 5/10 : RAS. Remplacé dans l’indifférence générale à la 72ème minute par Thierry Henry.

Y. Djorkaeff 7/10 : en l’absence de Zinédine Zidane, le joueur d’origine arménienne a pris le jeu à son compte. De retour dans son jardin, Djorkaeff a impressionné par sa classe et par sa faculté à faire le jeu. Indispensable.

P. Vieira 6/10 : on l’a plus vu aux avants-postes qu’à la récupération comme en atteste ses deux tirs lointains.

B. Diomède 5.5/10 : le turno-over de Jaquet lui a permis de jouer toute la rencontre mais aussi de se montrer. Actif sur son côté gauche, il a multiplié les centres plus ou moins réussis.

D. Trézéguet 5/10 : moins en réussite que les matchs précédents, Trézéguet a essayé, Trézéguet a tenté mais Trézéguet n’a pas ou très peu été dangereux. Stéphane Guivarc’h, qui l’a remplacé à cinq minutes de la fin, n’a pas eu le temps de se mettre en avant.

DANEMARK :

On va la faire plus courte parce qu’en fait on s’en branle des Danois. Alors Peter Schmeichel a longtemps repoussé l’échéance du deuxième but bien que les occasions françaises ne furent pas sensationnelles. On passe directement aux attaquants. Martin Jorgensen a posé des problèmes à Vincent Candela avec sa vitesse. De leur côté, les frères Laudrup n’ont pas failli à leur réputation de stars de leur pays. Brian Laudrup s’est crée de multiples occasions, étant le Danois le plus dangereux alors que Michael est à l’origine et à la conclusion du seul but de son pays.

Feuille de match :

Stade de Gerland, 43 300 spectateurs.

Arbitre : Pierluigi Collina (Italie) assisté de Marc Van Den Broeck (Belgique) et de Emmanuel Zammit (Malte).

Buts : Y. Djorkaeff 13′, E. Petit 57′ pour la France, M. Laudrup 42′ pour le Danemark.

France : Barthez -Candela, Desailly, Leboeuf, Karembeu – Vieira, Petit (puis Boghossian 65′), Pirès (puis Henry 72′), Djorkaeff, Diomède -Trézéguet (puis Guivarc’h 85′)

Danemark : Schmeichel – Schjonberg, Hogh, Heintze, Rieper – Helveg, Laursen (puis Colding 46′), Jorgensen (puis Sand 55′), Nielsen, M. Laudrup – B. Laudrup (puis Tofting 75′).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s