Cdm 98 Italie 1-0 Norvège : les Italiens (Vie)rient

Italie Norvège

Voir la Norvège en huitièmes de finale de Coupe du Monde est presque une anomalie. Heureusement, l’Italie est là pour réguler tout ça. Au terme d’un match d’abord vivant puis vite ennuyant, les Ritals se qualifient pour les quarts de finale sur la plus petite des marges 1-0. Les hommes de Cesare Maldini affronteront le vainqueur de France-Paraguay.

Dans les compositions d’équipe, pas de surprises. Du côté Italien, seul Nesta n’est pas là. Gravement blessé, il est resté aux soins. On dit même que cette blessure lui aurait permis de rencontrer sa petite amie, Gabriela, l’infirmière qui le soigne ! Une belle histoire ! Autre belle histoire, la domination de l’Italie dans les premières minutes du match. Et le premier à frapper se nomme bien évidemment Christian Vieri. Dès la 9ème minute, sa frappe en pivot donna des sueurs froides aux Norvégiens. Archi-dominateurs, les Italiens ne laisseront pas de répit à leurs adversaires à part à Havard Flo qui trouva le cadre d’une frappe lointaine plein axe. Si le premier quart d’heure était donc en faveur des mangeurs de pizzas, les Nordiques revenaient peu à peu dans le match. Ce fut à ce moment-là que les Italiens décidèrent de piquer les Norvégiens au vif en ouvrant le score. Di Biagio servit Vieri en profondeur avant que celui-ci n’accélère, ne fausse compagnie à Eggen et ne marque le premier but de ces huitièmes de finale. Le reste de la mi-temps fut ainsi totalement en faveur de l’Italie mais ni Dino Baggio ni Alessandro Del Piero ne trouveront la faille.

La deuxième période fut elle, un long chemin de croix. Les occasions se feront rares alors que le jeu déployé n’était pas forcément digne d’un huitième de finale de Coupe du Monde. Alessandro Del Piero, Tore André Flo ou encore Christian Vieri buteront soit sur le gardien adverse soit sur des maladresses. Au final, la qualification de l’Italie est méritée tout en ne faisant pas des Italiens les favoris de la compétition.

ITALIE :

G. Pagliuca 6/10 : une parade magnifique face à Tore André Flo lui suffit pour réussir son match. Sinon il n’a eu qu’à regarder les frappes norvégiennes passer à côté.

G. Bergomi 5/10 : pas grand chose à faire donc pas grand chose à dire sur lui.

F. Cannavaro et A. Costacurta 6/10 : si Tore André Flo, Havard Flo et Ole Gunnar Solskjaer n’ont pas été dangereux, c’est surtout grâce à eux.

P. Maldini 5/10 : s’il est titulaire dans cette équipe c’est seulement parce que son père en est l’entraîneur. C’est certain.

D. Albertini 5.5 /10 : un récupérateur moderne, jouant toujours vers l’avant. Remplacé par G. Pessotto à la 73ème minute.

D. Baggio 5/10 : on ne l’a que très peu vu. Chargé de mettre du tempo dans le jeu italien, il a échoué dans sa mission.

R. Di Biagio 6/10 : placé dans l’axe, il a mis sa vision du jeu au profit de son équipe. Sa plus belle action fut sa passe décisive pour Vieri, une magnifique passe de l’intérieur du pied.

F. Moriero 5/10 : il n’a pas réussi ce que son coéquipier Del Piero a fait : provoquer. Il a provoqué la sortie sur blessure de Strand après un pied haut qui lui a ouvert le crâne. Son non-match n’a pas échappé à Cesare Maldini qui l’a fait sortir dès la 63ème minute pour le remplacer par A. Di Livio.

A. Del Piero 6/10 : virevoltant sur son côté, son jeune âge et son inexpérience ne sont pas un frein pour lui. Le Juventini n’a pas hésité à dribbler et à tenter des choses que beaucoup n’auraient jamais tenté en huitièmes de finale de Coupe du Monde.Remplacé par E. Chiesa à la 78ème minute. Ses 20 minutes jouées lui auront suffit à bouffer la feuille, à la 92ème minute alors qu’il avait fait le plus dur.

C. Vieri 8/10 : l’homme du match c’est bien lui. L’attaquant de l’Athletico a mis au supplice, à lui tout seul, la défense norvégienne. Son but est un condensé de toutes ses qualités : force, vitesse et finition. Il s’est créé plusieurs occasions, sans parvenir à les concrétiser.

NORVEGE :

F. Grodas 5/10 : pas énormément d’arrêts à faire mais quand son pays a eu besoin de lui, il n’a pas répondu présent.

R. Johnsen 5/10 : il a eu du mal face à la vitesse et à la technique des Italiens.

D. Eggen 5/10 : s’il a récupéré quelques ballons aériens, au sol le bilan est moins glorieux. Son fait d’arme restera de s’être fait littéralement manger par Vieri sur le but.

S.I Bjornebye 5.5/10 : il a tiré tous les corners ou coups-francs de son équipe, avec plus ou moins de qualité et de réussite.

H. Berg 6/10 : omniprésent dans la surface lorsqu’il y avait des coups de pieds arrêtés offensifs, il n’a cependant pas trouvé la faille. Même s’il a été tout proche à plusieurs reprises.

O. Leonhardsen NN : il n’a pas eu le temps de se mettre en scène, une blessure venant l’empêcher de continuer à jouer le match le plus important de sa carrière. Remplacé par R. Strand (NN) qui eu la même malchance. Un pied haut de Moriero viendra mettre fin à son rêve dès la 38ème minute. Remplacé par S. Solbakken

E. Mykland, K. Rekdal et V. Riseth 5/10 : les milieux de terrain norvégiens n’ont jamais su faire la différence.

T.A Flo 6/10 : Norvégien le plus en vue depuis le début de la compétition, Tore André Flo n’a cette fois-ci rien pu faire. Tout d’abord créateur du jeu feu follet, il est ensuite devenu, en deuxième mi-temps, celui qui finissait les actions, attendant le ballon dans la surface ou en profondeur.

H. Flo 5.5/10 : l’attaquant de pointe a trop joué sur les côtés pour être dangereux. Une ou deux occasions toutefois. Remplacé par O.G Solskjaer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s