Cdm 98 Allemagne 2-1 Mexique: Une Qualification Sans Eclat

germany

La victoire allemande de cet après-midi à la Mosson résume parfaitement le Mondial de la Mannschaft jusque là. Un jeu collectif proche du zéro, une qualité technique pauvre, une équipe au bord du précipice mais qui s’en sort grâce au talent de ses deux attaquants. Menée 1-0 à un quart d’heure de la fin, l’Allemagne l’emporte finalement 2-1 et sera de la partie en quart.

On retrouve sur le terrain les deux équipes dans leur schéma tactique habituel. Un 4-4-2 à plat pour les mexicains et un 5-3-2 qui se transforme en 3-5-2 sur phases offensives chez les allemands. Dans les compositions, on doit faire sans Kohler côté allemand, remplacé par Babbel, et sans Ramirez le poumon de l’entrejeu du Mexique suspendu et supplée par Palencia.
Pas de surprise donc tactiquement et pas plus dans le scénario du match. On retrouve nos mexicains avec leur grinta, leur coeur et leur folie qui peut permettre à l’arrière gauche Bernal de tenter une volée de 35mètres que Kopke aura du mal à intercepter. L’Allemagne, elle, est toujours aussi ennuyeuse. Il n’y a ni création ni éclair de génie qui pourrait permettre de se créer des occasions. L’équipe s’en remet aux deux de devant, la paire Bierhoff-Klinsmann et attend patiemment qu’ils parviennent à faire la différence tout seuls. Trop compliqués face à des mexicains bien décidés à la jouer vietcong qui ne laissent rien passer.

Le jeu n’est pas fermé mais la pauvreté technique des deux camps empêche de développer des actions qui pourraient mettre à mal les défenses. Il faut attendre les cinq dernières minutes de la première période pour voir la partie se débrider. C’est l’inoxydable jeu de tête de Bierhoff qui déclenche tout avec un coup de canon sur la barre suivi d’une frappe tendue de Tarnat sur laquelle Campos doit s’étendre. Le Mexique répond avec un face à face raté par Palencia qui n’a pas assez cru en sa frappe, trop dans les pieds de Kopke. 40 minutes d’ennui, 5 de folie. On espère repartir sur ses bases à la reprise.

Et nos prières sont exaucées puisque Hernandez ouvre le score moins de 120 secondes après le coup d’envoi. Sur une belle action individuelle dans la surface, le goleador mexicain signe son 4e but du Mondial et permet à son équipe de créer la sensation. C’est celui qui a mis le plus de couilles sur le terrain qui est récompensé jusqu’à présent et il n’y a pas scandale.
On attend une réaction allemande avec l’entrée de Moller dans le rôle de deuxième meneur au côté d’Hassler, trop dans la percussion et pas assez dans la vision. Mais on va surtout avoir le droit au tournant du match avec une incroyable double occasion ratée des mexicains.
Sur un contre bien mené, Arellano décroche une frappe croisée que Kopke repousse difficilement sur son poteau. Blanco a suivi et sert parfaitement Hernandez seul à 3m. Le buteur blondinet rate sa reprise et met le ballon directement dans les bras du gardien marseillais. Le Mexique ne le sait pas encore mais il vient de laisser passer sa chance de qualification.

Sans avoir repris véritablement le contrôle du jeu, l’Allemagne va réussir à égaliser sur la seule erreur défensive mexicaine. Lara rate son interception sur un centre de Kirsten, entré quelques secondes auparavant, et Klinsmann ne se fait pas prier pour marquer. Les allemands ont fait le plus difficile en réagissant dos au mur et vont dominer la fin de partie. Les mexicains ont pris un coup sur la tête et attendent désormais la prolongation pour se relancer. Mais elle ne viendra jamais. A cinq minutes de la fin, nouveau centre et c’est cette fois Bierhoff qui est à la reprise, de la tête bien évidemment, envoyant son coup de casque foudroyant dans la lucarne de Campos.

Comme face à la Yougoslavie, l’Allemagne est une miraculée mais l’Allemagne est qualifiée. Sans avoir briller, une fois de plus. Et le pire, c’est qu’en affrontant soit la Roumanie soit la Croatie, et sans sous-estimer ces deux équipes, nos amis allemands ont une réelle opportunité d’entrer dans le dernier carré de la compétition. Et vu leur niveau, ça serait vraiment vilain.

FEUILLE DE MATCH
2-1: Klinsmann (74′) Bierhoff (85′) – Hernandez (47′)
Stade de la Mosson, Montpellier
35.500 spectateurs
Arbitre: Monsieur Vitor Melo Pereira (Portugal)


ALLEMAGNE
.Kopke (5): Il a fait peur à tout le monde en relâchant la reprise de Bernal puis s’est bien repris sur le face à face avant la mi-temps. Pour le reste, solide, sans plus.

.Heinrich (4): Un symbole de son match: sur une possibilité de centrer, il s’arrête en pleine action, ayant perdu sa chaussure. Il a tout fait à l’envers. Remplacé par Moller (5.5) qui a remis de l’ordre au milieu avec sa touche technique.

.Worns-Babbel (5): Un match correct où ils auront tenu la paire adverse, usant parfois d’interventions durs sur l’homme. C’est de bonne guerre.

.Matthaus (5.5): Libéro puis milieu, le roi Lothar règne sur cette équipe sans jamais se mettre dans la lumière. Un peu trop facile quand même.

.Tarnat (5.5): Sa frappe de balle est une arme de tous les instants. Et il sait très bien s’en servir pour centrer en plus. Derrière rien à signaler, il a fait son travail.

.Helmer (4.5): Sorti sur blessure avant la mi-temps il ne paraissait pas dans un bon jour de toute façon. Remplacé par Ziege (5) qui a fait son petit match dans son coin, tranquillou.

.Hamann (5.5): Une heure pour se mettre en jambe avant d’arrêter les conneries et d’être la rampe de lancement de l’équipe. C’est lui le véritable baromètre.

.Hassler (4.5): Trop occupé à courir, il oublie de prendre le rythme du match à son compte. Ce qui dérègle complètement son équipe, forcément. Remplacé par Kirsten décisif sur son premier centre.

.Klinsmann (5.5): Il loupe tout dans le jeu mais dans la surface, il est injouable. Encore un but pour lui, le 11e de sa carrière en Coupe du Monde. Balaise.

.Bierhoff (6): Son meilleur pied, c’est sa tête. Cette phrase est conne mais terriblement vrai. Ses deux occasions, il se les crée à la force de son front et son but part à la vitesse d’une reprise de volée. C’est juste incroyable.

MEXIQUE
.Campos (5.5): Des envolées, des belles anticipations et une sortie à la pêche sur le second but. Du classique et du bon chez Jorge.

.Pardo (4.5): Il n’a pas réussi à tenir Tarnat qui venait pourtant de loin.

.Davino-Suarez (5.5): Des mecs qui n’hésitent pas à se sacrifier et à aller au mastic. Ils ont malheureusement craqué au pire des moments.

.Bernal (5): Il y a cette reprise insensée de 35 mètres puis cette envie de jouer de l’avant. Tout ce qu’on aime chez les sudaméricains. Mais les deux centres viennent de son aile

.Villa-Lara (6): La première lame défensive qui a tout coupé sur son passage. Si les deux buts allemands viennent des côtés, c’est parce que ça ne passait jamais dans l’axe avec ce duo d’artistes découpeurs.

.Garcia Aspe (5): Le capitaine a fait son match, ni plus ni moins. On attendait un peu plus quand même de lui devant.

.Palencia (4): Une dégaine d’acteur porno et un jeu footballistique assez pauvre. Le mec parfait si vous aimez vous foutre de la gueule des footballeurs. Remplacé par Arellano (5.5) bien plus percutant en moins de temps.

.Blanco (5): Son premier geste, ça a été son fameux coup du crapaud. Pour le reste, beaucoup de jérémiades, des coups, des provocations mais ce qu’il faut de lucidité pour se créer des occasions et en donner. Comme ce caviar non converti par Hernandez..

.Hernandez (5.5): Il y a son jeu dos au but, sa présence athlétique dans la surface et son but. Parfait. Mais il y a surtout cette deuxième occasion ratée, peut être la chose qu’on retiendra le plus de son Mondial malheureusement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s