Cdm98 Brésil 3-2 Danemark: Ronaldor et Rivaldor évitent la catastrophe

Brian-Laudrup

Deux équipes qui ont passé quatre buts en huitième, ça laissait envisager du spectacle à la Beaujoire. Et on peut le dire, il y en a eu, notamment avec une première heure de folie. Sans ses deux génies Ronaldo et Rivaldo, le Brésil aurait pu connaître une drôle de désillusion face à un Danemark rempli de sang froid et qui n’a jamais abdiqué.

Au vu des matches accomplis par chacun au tour précédent, difficile d’imaginer des changements dans les compositions d’équipe. On repart avec les mêmes et surtout sur les mêmes bases pour les danois. Deux minutes de jeu à peine et les voilà qui mènent déjà au score, comme face au Nigéria. Le Danemark aime beaucoup les similitudes puisque le but de Jorgensen vient d’un coup franc rapidement joué, chose déjà aperçue contre nos français sur le pénalty concédé par Candela.
La Seleçao ne s’attendait pas à être cueilli à froid et Zagallo est déjà debout. On ne retrouve pas le jeu chatoyant des brésiliens et la technique est même à mettre à l’actif des scandinaves sur ce début de rencontre avec un double une-deux entre Brian Laudrup et Moller qui émerveille le public.

Il faut attendre le premier ballon potable de Ronaldo pour retrouver de la lumière. Le phénomène a le droit à un marquage individuel serré, ce qui laisse des espaces à ses coéquipiers. Et R9 n’est pas qu’un buteur ou un dribbleur, il sent aussi parfaitement le foot, et sur son premier ballon donc, il trouve Bebeto en diagonale dans la profondeur qui n’a plus qu’à ajuster Schmeichel pour égaliser. Onze minutes et un but de chaque côté. C’est bien parti.
Le Brésil retrouve un peu d’allure et prend le match à son compte. On voit de plus en plus les fameuses montées de Cafu et de Roberto Carlos, particulièrement échaudé depuis le début de la rencontre entre un carton jaune, des errements défensifs et du joga bonita en attaque.
Le ballon est donc brésilien mais ça ne donne pas plus d’occasions pour autant. C’est une fois de plus des pieds de Ronaldo que la différence va se faire. Et de ce d’Helveg et Rivaldo également. Le premier va foirer sa relance, redonnant la balle face au jeu à Ronaldo qui peut délivrer un nouveau caviar pour le second qui va bonifier tout ça d’une magnifique frappe piquée par dessus Schmeichel dans un angle pas facile. Sans l’air d’y toucher, le Brésil est repassé devant sur deux actions fulgurantes. C’est aussi ça la force des champions.

Que faire pour le Danemark ? Ne pas baisser les bras et tenter d’aller de l’avant. Avec les frères Laudrup et le déménageur Moller, il y aura forcément des possibilités face à une défense brésilienne parfois distraite. Ca aurait pu être le cas pour Moller s’il n’avait pas raté son contrôle seul dans la surface sur un service du maitre Michael. Patience, patience..
Car d’entrée de seconde période, l’égalisation va être servie sur un plateau par un geste totalement incompréhensible de ce taré de Roberto Carlos. Au lieu d’assurer son dégagement, le latéral madrilène tente un retourné dans sa propre surface. Qu’il rate lamentablement, laissant à Brian Laudrup tout le loisir de fusiller le pauvre Taffarel. Tout est à refaire pour le Brésil, une nouvelle fois surpris en début de mi-temps.

Il faudra un quart d’heure aux sudaméricains pour se remettre dans le sens de la marche. Et encore grâce à un coup de génie. Rivaldo profite du marquage à la culotte sommaire sur son compère Ronaldo pour avancer de 20 mètres avec le ballon pour décrocher une frappe puissante à ras de terre à l’entrée de la surface. Schmeichel n’y peut toujours rien et ne peut que constater les dégâts. L’affaire se complique sérieusement pour les danois qui imaginaient avoir fait le plus dur en revenant au score. Helveg, Laudrup Brian auront bien quelques miettes d’opportunités mais pas assez pour inquiéter les solides Baiano et Aldair qui ont décidé de fermer boutique. La dernière frayeur viendra d’une tête de Rieper sur corner qui échoue sur la barre dans les derniers instants.

Ce vaillant Danemark n’a jamais abdiqué et a joué avec ses armes mais n’a pas pu empêché les brésiliens de se hisser dans le dernier carré du Mondial, une fois n’est pas coutume. Le champion en titre est bel et bien là, qu’on se le dise.

FEUILLE DE MATCH
3-2: Bebeto (11′) Rivaldo (25′; 60′) – Jorgensen (2′) B.Laudrup (47′)
Stade de la Beaujoire, Nantes
49.500 spectateurs
Arbitre: Monsieur Gamal Al Ghandour (Egypte)


BRESIL
.Taffarel (5):
Il est délaissé par sa défense sur les deux buts. Pour le reste, du classique pour lui.

.Cafu (5.5): Des montées de folie, comme d’habitude et pas trop d’emmerdes sur son côté. Reste ce carton jaune débile pour avoir gagner du temps qui le prive de demie-finale.

.Aldair-Junior Baiano (5): Ils ont du s’y mettre à deux pour stopper ce buffle de Moller. Avec plus ou moins de succès.

.Roberto Carlos (1): Dans un bon soir, il est le meilleur latéral gauche du monde. Dans un mauvais, il peut coûter un match. Il aurait pu se faire expulser à la dixième pour un tacle par derrière débile, a tenté deux coups de 40m impossible et puis, ce retourné, aussi incompréhensible que raté, dans sa propre surface qui vaut une égalisation du Danemark. Un bêtisier à lui tout seul ce soir.

.Dunga (5.5): Le précieux capitaine a ratissé du ballon mais a surtout remis les siens dans le sens de la marche avec quelques gueulantes bien senties.

.César Sampaio (6): Le sécateur du milieu a fait son taf avec réussite, n’hésitant jamais à mettre le pied là où il faut. Et si c’est sur un mollet adverse, c’est encore mieux.

.Leonardo (4): Invisible, il n’a rien apporter techniquement. Remplacé par Emerson pour renforcer le milieu de terrain.

.Rivaldo (7): Un premier but tout en finesse, un second un peu plus fort. Et surtout ce toucher de balle élégant qui fait la différence entre les lignes. Un bonheur.

.Bebeto (5.5): On le voit quasi jamais dans le jeu mais il termine encore avec un but, grâce à un super appel…

.Ronaldo (7): … et à un super service d’il phenomeno. R9 a montré aujourd’hui qu’il était un joueur offensif complet. Pas d’occasions à se mettre sous ses grandes dents, mais un rôle de 9 et demi qu’il a effectué à la perfection avec deux passes décisives vraiment décisives. On paie pour ce genre de joueur.

DANEMARK
.Schmeichel (4.5):
On peut difficilement chopper la moyenne quand on prend trois pions, même si sa responsabilité n’est pas directement engagé. Mais il ne fait aucune différence sur les deux faces à faces.

.Colding (5): Un match solide. Un Mondial solide. Le mec que tu emmènes à la guerre en toutes circonstances.

.Rieper – Hogh (3): On avait loué leur solidité au match précédent. Ce soir, ils ont montré leurs limites tactiques. Se focalisant uniquement sur Ronaldo, ils ont laissé des boulevards énormes dans l’axe, profitant ainsi à Bebeto et Rivaldo sur chaque but. Le manque d’expérience du haut niveau.

.Heintze (5): Il a passé un bon moment face au peureux Leonardo. Moins facile face aux déboulés de Cafu.

.Helveg (4.5): Une relance dans l’axe toute moisie qui donne le deuxième but aux brésiliens. Dommage parce que pour le reste, il a plutôt été bon dans son rôle de libéro du milieu.

.Nielsen (5.5): La touche technique du milieu danois. Sorti on ne sait trop pourquoi à la mi-temps, remplacé par Tofting (5.5) qui a fait ce qu’on attendait de lui: du ménage.

.Jorgensen (6.5): Un excellent match pour le minot, dans un rôle de relayeur offensif. Petit gabarit, il compense par une belle technique et quatre poumons. Son but rapide l’a sûrement mis en confiance pour le reste de la rencontre.

.Michael Laudrup (5.5): Sans courir, il a distribué quelques galettes. Mais a bien été chahuté par ces cancres de Dunga et Sampaio.

.Brian Laudrup (6): Toujours pareil. De l’activité, des ailes de pigeon et ce qu’il faut d’opportunisme pour marquer sur une cagade adverse. On ne demande pas plus.

.Moller (5.5): C’est simple, il est là pour faire du mal physiquement à la défense. Ce qui ne lui laisse que peu de temps pour s’exprimer avec ses pieds, preuve en est avec ce contrôle manqué dans la surface, tout seul. Précieux tout de même. Remplacé par son sosie Ebbe Sand.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s